Répondre à un besoin écologique et économique vital

Économiser l’eau répond à un besoin environnemental fondamental. Économiser l’eau permet également de réduire les coûts, sans pour autant affecter la qualité des produits ou services.

AIGA SAS participe à cette action vitale selon deux axes : la possibilité de ne plus adoucir l’eau au sens « chimique » du terme, mais également la réduction des besoins de purge sur les réseaux de refroidissement.

AIGA SAS permet de :

  • Réduire les coûts en remplaçant les adoucisseurs d’eau
  • Diminuer les purges des circuits de refroidissement
  • Supprimer les purges continues sur les réseaux peu utilisés

Pour adoucir l’eau, un adoucisseur conventionnel dispose d’une charge de résine dite « échangeuse d’ions ». Au passage de l’eau chargée en calcium et en magnésium sur ces résines, celles-ci les échangent contre du sodium non entartrant. Quand les résines sont saturées en ions calcium et magnésium, il faut procéder à un cycle de régénération des résines. Cette régénération est donc réalisée avec du sel. Pour ce faire, l’adoucisseur va réaliser plusieurs phases de régénération (détassage de la résine, aspiration de saumure, rinçage et génération de saumure), toutes consommatrices d’eau.

En fonction des utilisations (individuel, habitat collectif, industrie, …), de la dureté de l’eau et des technologies (simple ou duplex), le besoin en eau pour la régénération varie de 6 à 10% suivant les régions, entraînant à la fois une surconsommation d’eau mais aussi le rejet de chlorures à l’égout. En utilisant le principe de traitement physique de l’eau AIGA, il n’y a pas de gaspillage d’eau, car la neutralisation physique du tartre se fait au passage dans l’appareil. L’eau conserve toutes ses qualités.

Les traitements conventionnels à base de produits chimiques pour les circuits de refroidissement imposent de ne pas dépasser une certaine concentration en sels minéraux, seuil à partir duquel les produits ne sont plus efficaces. En moyenne, on constate un facteur de concentration de 2.5 sur les réseaux d’eau en question, c’est-à-dire que l’on rejette 1 m3 d’eau pour un apport de 2,5 m3. Le traitement physique AIGA SAS n’est pas soumis aux mêmes limitations que les traitements chimiques. Avec une conductivité dans le bassin de la tour identique à celle d’un traitement chimique, les purges sont inférieures ; en effet, l’adjonction d’anti tartre, de filmogènes et de bactéricides augmente artificiellement la conductivité de l’eau d’appoint. Ce qui signifie que pour atteindre une conductivité précise dans le bassin, avec le même besoin d’évaporation, on purge beaucoup moins. Sur les sites équipés de nos solutions, nous constatons des réductions d’appoint d’eau de l’ordre de 15%. Si l’eau était adoucie (cf. ci-dessus), c’est alors une économie de plus de 25% qui peut être réalisée.

Cet article est aussi disponible en Français English